Home Scène Canadienne Le Diable est déguisé avec The Speakeasy

Le Diable est déguisé avec The Speakeasy

Publié le 19 Jan 2024 par

La première fois que j’ai entendu The Speakeasy, je me suis dit : mais c’est qui eux ? Comment ça se fait que je n’aie pas entendu ça avant ? Je ne sais pas si c’est la voix, les musiciens, l’harmonie entre les gars ou toutes ces circonstances réunies qui font que ce groupe sonne doux comme du sirop d’érable… Comment décrire ça, c’est comme quand tu prends une bouchée de ton plat favori et qu’en plus, il a été concocté par un grand chef. Tout simplement succulent. « Le Diable est déguisé » avec The Speakeasy et c’est le cas de le dire, ils nous en font voir de toutes les couleurs sur ce nouvel album.

J’avais des attentes assez élevées pour cette sortie et ils ont carrément livré la marchandise. Ils ont choisi d’y aller plutôt simple sur le titre en intitulant l’album The Speakeasy. Mais la complexité derrière les paroles et les notes impeccables nous démontrent au contraire que leur nouveau registre est tout sauf singulier. Le label Thousand Islands Records a vraiment frappé dans le mille avec ce band.

Speakeasy, était un terme pour identifier les bars clandestins, surtout dans le temps de la prohibition. Ça devait être assez excitant d’aller dans ce genre d’endroit, le côté illégal et l’ambiance qu’il y avait. Par contre, pas mal sûre qu’ils n’y jouaient pas de musique comme sur le nouvel album de nos The Speakeasy à nous. (Oui oui, à nous parce que c’est nos The Speakeasy bien québécois d’ici.) Les 5 boys ont été la tête d’affiche du mois de juin 2023 du Bad Crew. Vous pouvez d’ailleurs lire l’entrevue que Claudia a réalisée avec eux ici.

Crédit photo The Speakeasy

Les tunes

Parlons un peu de l’album. Dix tunes toutes autant rafraîchissantes les unes que les autres. Premièrement l’intro, Lights, commence tout en douceur avec des notes de piano et la voix de Karl, ouf, cette voix ! (Un ami qui lui aussi chante dans un band m’a même dit et je cite : c’est la seule voix d’homme qui me fait frémir.) C’est du bonbon pour les oreilles. Ça me rappelle les albums dans le temps, il y avait presque toujours une intro, courte, mais révélatrice. Mais attendez là, ce n’est pas parce que l’intro est en douceur que le reste de l’album l’est et au contraire. Devil in Disguise en collaboration avec les excellents Colorsfade est justement l’exemple parfait qui prouve que ça bouge amplement.

Crédit photo The Speakeasy

Des titres accrocheurs, des paroles motivantes et positives, ça fait du bien à entendre. « Réveillez-moi, je veux sentir le feu, ramener moi à la vie. » Ils ont sorti 4 « singles » avant de sortir l’album complet, tous d’excellents teaser pour nous inciter à nous le procurer. Breakfast drugs, Bright side, Sticks and stones et Devil in disguise. C’est le genre de tunes qui accrochent et qui reste en tête.

Partenariat bien plaisant

Quand j’ai su que j’écrirais sur cet album, je m’étais dit : je vais parler de mon coup de cœur, ça va de soi. Et à mon grand désarroi, je ne suis pas capable de me prononcer. Toutes les chansons sont bonnes et ce n’est pas peu dire. Je dois par contre avouer que j’ai quelques préférences comme Bright side, Breakfast drugs, Tea party et Keep me where you are mais ne me demandez surtout pas de jeter mon dévolu sur une en particulier. D’ailleurs dans Tea Party, il y a une collabo avec Caro Joseph du groupe Bad skin et wow, quelle belle association. Une présence féminine dans une des tracks ça apporte un petit quelque chose de frais et c’est clairement un plus. Cette belle alliance nous prouve encore que « Le Diable est déguisé » avec The Speakeasy.

Tous en choeur

Dans quelques chansons ils chantent tous en chœur et ça me fait tripper. C’est rassembleur et t’as comme pas le choix de vocaliser sur ce bout-là. Ces gars-là ont quand même fait le FestiRock de St-Colomban et Music 4 Cancer à Ste-Thérèse. Ça nous donne une idée de leur sérieux (dans la démarche de leur band parce qu’autrement, ils ont l’air d’avoir en masse de fun). La chimie est là et ça s’entend. Si tu cherchais quoi écouter pendant ton prochain road trip, en faisant ton ménage, parce que t’as envie de sourire ou tout simplement parce que c’est juste trop exquis, ça s’écoute partout et à n’importe quels moments.

Vous trouverez les titres suivants sur ce magistral et impeccable album, qui, à mon humble avis, se doit absolument d’être écouté et savouré comme il le mérite :

Lights, Bright Side, Devil in Disguise, Gunpoint, Sticks and Stones, Keep me where you are, Breakfast Drugs, Johnny B. Goode, Tea Party et Signs of Spring.

Le lancement officiel de ce chef d’œuvre aura lieu le 24 février 2024 à La microbrasserie Le trou du diable avec nul autre que Colorsfade et Downstater. Ça va être un sapristi de bon show à ne pas manquer.

Crédit photo Domini Gendron

Rédaction: Mélissa Magne

Correction: Val Girard

Révision: Marie-Eve Landry