Home Scène Internationale Un franc succès pour le Festivoix édition 31

Un franc succès pour le Festivoix édition 31

Publié le 04 Juil 2024 par

Chaque fois qu’il y a un festival qui m’intéresse, la fébrilité est dans le tapis. C’est comme si la nostalgie adolescente embarquait, mouais ça fait longtemps je sais, mais bon. On (les amateurs de punk t’sais) attendait tous ce moment avec impatience ; les journées à saveur punk rock au Festivoix. Le Bad Crew avait aussi quelques entrevues de prévues. Disons que ça ajoutait un peu à la nervosité et à l’engouement. Le line-up était très attirant et la foule a répondu présente. Pour couronner le tout, dame nature a vraiment gâté les amoureux de musique. Voici donc un bref aperçu de cet époustouflant séjour réussi.

Le Festivoix

Pour une énième fois, l’organisation du festival était plus que parfaite. Des commerçants efficaces, des employés souriants et travaillants et des artistes de talent. Ils s’améliorent chaque fois et c’est tout à leur honneur. Tout le monde est à sa place et fait ce qu’il a à faire. Un problème ? Ben non, juste des solutions ! Pour ce qui est de l’emplacement, c’est probablement la meilleure place possible pour un événement de cette envergure. Il y a une superbe collaboration entre le festival et les bars du coin, c’est très bien organisé. Le Festivoix est un magnifique festival qui en offre pour tous les goûts et très abordable en plus. Ajoutez ça à votre horaire pour l’an prochain, j’ai bien l’impression que ce sera tout aussi attrayant, sinon plus, que cette année.

Dimanche le 30 juin

Le dimanche, la foule était à pleine capacité. Beaucoup étaient surtout là pour voir KennyHoopla, qui a, soit dit en passant, offert toute une performance. Je ne le connaissais pas et il ne m’a pas laissé sur ma faim. Il est jeune, talentueux, beau et énergique, il a tout pour être une star. C’était vraiment parfait pour ouvrir pour Rise Against. Rafraîchissant et ébahissant, il nous a montré ce qu’il savait faire.

Tout de suite après, arrivait enfin la grosse tête d’affiche de la soirée et c’est pas peu dire. Rise Against ont suffisamment fait leurs preuves pour remplir le site. Les fans n’ont pas tardé à faire comprendre au groupe qu’ils les adoraient. Les gens chantaient, sautaient, dansaient et ça a même poussé un peu. Ils nous ont offert des hits comme Satellite, Help is on the way, Prayer of the refugee ou même Give it all. Ce n’est pas la première prestation que je vois d’eux et chaque fois je suis impressionnée du power de la voix et du talent des musiciens de ce groupe. Des paroles engagées et un message qui passe vraiment bien. C’est une des meilleures manières de faire passer un message, par la musique.

La scène locale du dimanche

Mais rappelons-nous qu’il n’y avait pas juste de gros noms. Cette année, encore plus que les autres, la scène locale a été mise de l’avant brillamment et pour le grand plaisir des amateurs de bonne musique. Princesse et Pine Tree Cathedral sont des groupes qui ont réchauffé le crowd pour la grosse soirée. C’est un peu plus tard qu’on a pu aller continuer de faire bourdonner nos oreilles avec 2Fast4U, Banger’s Club, The Matchup et l’incroyable groupe Grimskunk.

Après toutes ces années, Grimskunk savent nous offrir des shows avec une énergie vraiment folle. En cliquant ici pour The Matchup et ici pour 2Fast4U, vous aurez un accès direct avec les entrevues incroyables qu’ils nous ont offertes. Les bands étaient complètement en feu et ont donné tout ce qu’ils avaient pour leur public avide de sensations fortes et de musique. Ajouter ces bands à votre playlist est carrément une plus-value pour un bagage musical.

Le lundi

Enfin lundi, pas que je n’aime pas Rise Against, mais personnellement, cette journée-là m’attirait pas mal plus. On s’entend, je parle des headliners dans ce cas-ci. Pour ce qui est des groupes locaux, on a été choyé les deux journées et malheureusement, il a fallu faire des choix déchirants. Il aurait fallu une machine à voyager dans le temps pour revenir en arrière et aller voir tous les bands. Festivoix, next step la machine ?

La soirée commençait tout doucement avec le groupe controversé, mais ô combien attrayant et talentueux Guttermouth. Mark le chanteur a su rester debout tout le long du show à la grande surprise de ses fans. Affichant un immense sourire, on voyait qu’ils ont énormément de plaisir à pratiquer leur passion. La foule a eu droit à une superbe performance pour partir l’ambiance. Ça s’annonçait pour être une belle soirée. Ils ont vraiment bien réchauffé les amateurs de punk. On était prêt pour la suite. Le Bad Crew a d’ailleurs eu l’incroyable opportunité d’avoir Mark Adkins en entrevue, cliquez ici pour voir ça.

Le line-up s’enchaînait avec le groupe ska/punk Goldfinger. Ces gars-là sont des légendes. Ils entraînent la foule comme peu savent le faire. Toujours habillés avec classe, ils en donnent pour leur argent à leurs fans. Les musiciens aux instruments à vent étaient les gars de Reel big Fish. Ils ont presque toujours des invités incroyablement talentueux pour leurs spectacles. Les classiques ont évidemment été chantés, Here in your bedroom, Superman et pendant le show, des ballounes rouges se sont misent à virevolter, ce qui nous annonçait avec assurance la tune 99 red balloons. « What an EPIC show in Quebec the punk rock capitol of the world!! I loved every second of it! Thank you for rocking out all these 30 years » d’après les dires de Goldfinger. On adore ça. D’après les commentaires, ça a été le coup de cœur de la majorité des gens présents ce soir-là.

Pennywise

Le gros headliner de la soirée était Pennywise. La foule attendait avec fébrilité ce moment. Ils n’ont pas manqué de nous jouer Fuck Authority que tout le monde chantait en chœur, Pennywise aussi. Dans le passé, on a eu droit à de meilleures performances, mais ils ont tout de même livré ce qu’on attendait d’eux. Le crowd a eu droit à des covers classiques de punk de leur part. Beaucoup de jasette aussi, peut-être un peu trop ?! Ils connaissent bien leur public puisque le rappel a été comme à leur habitude Bro Hymn. Ça reste tout de même un groupe emblématique de la culture punk rock qui, lui aussi, a des paroles avec des messages politiques et engagés. Leurs chansons sont connues de tous. On peut dire que c’était réussi pour Pennywise, en fait la soirée complète était fabuleuse.

Scène locale le lundi

Ben là, c’est ça là ! Je ne sais pas trop par où commencer parce qu’encore une fois, le line-up du Festivoix de la scène locale était plus qu’attrayant. La soirée ouvrait avec nul autre que l’excellent groupe Hipshot. Une vibe de punk/alternatif a envahi la foule. C’est quand même pas rien jouer avant des groupes de renom comme ceux mentionnés plus haut. Le groupe nous a montré pourquoi il a été choisis pour cette place tant désirée. Une chanteuse avec une voix et une énergie hors de l’ordinaire et des musiciens d’un talent incroyable. Voyez l’entrevue avec la belle Marie d’Hipshot en cliquant ici.

Plus tard, après le headliner, la soirée était loin d’être terminée. We told you so nous faisait vibrer à leur rythme (un rythme plutôt rapide on va se le dire). La foule semble avoir adoré son expérience. Ensuite, les fameux Rouge Pompier ont enflammé la scène avec leurs chansons songées et leur son bien à eux. Un excellent groupe qui gagne à être connu. Festivoix, s’il vous plaît, envisagez mon idée de machine à retourner dans le temps.

Conclusion

Le Festivoix de Trois-Rivières a su, encore une fois, charmer son public. C’était réussi et haut la main en plus. Continuez ce beau travail. Et pour le public, ne manquez pas la programmation de 2025 en vous abonnant à leur page. Plus vous achetez vos billets tôt, moins ils sont chers. Je n’ai que des éloges à envoyer à l’organisation magistrale de ce festival. J’ai déjà hâte à l’an prochain. N’oubliez pas de nous suivre sur nos pages Facebook et Instagram. On se voit dans l’pit !

Rédaction : Mélissa Magne

Photos et vidéos : Jessica Toupin

Correction : Val Girard

Révision : Marie-Eve Landry